S2000M

le standard des échanges de la défense

Qu'est ce que la S2000M?

Un peu d'histoire

Partie intégrante des spécifications proposées par l’ASD (Aerospace and Defence Industry) comme la S1000D, la S3000L, La S4000P, la S5000F ou la S6000T, la S2000M se focalise sur la normalisation et la définition de règles, des données et des processus portant sur la gestion des matériels et de leur support.

Elaborés en 1976, soit très en amont de l’émergence des autres spécifications des S-SERIES, elle répond à l’augmentation et la diversification du nombre de programmes militaires. C’est donc à cette période que les coûts d’exploitation explosent et les approches divergent. 

Principes de la S2000M et lien avec la techpub

La S2000M propose donc d’homogénéiser et d’harmoniser l’ensemble du processus de ravitaillement et d’identification des matériels.

Au-delà des données basiques d’un catalogue de pièces standards, la S2000M contient un très grand nombre de données additionnelles et demande d’importants efforts à ce niveau-là.

Le lien entre les données S2000M et la TechPub est simple, et surtout très bénéfique. Grâce à un certain nombre d’automatismes, les éléments se reportant au catalogue de pièces détachés sont directement converti pour générer les Data Module IPD (Illustrated Part Data) S1000D. Dès lors, il ne reste plus qu’à fournir les illustrations associées.

Ces Data Modules sont ensuite directement intégrés à l’ensemble de la documentation de maintenance S1000D fourni au client final. On peut donc dire qu’une partie de cette dernière est directement construite à partir des données S2000M.

A qui s'adresse la S2000M ?

Afin de garantir une excellente stabilité, la S2000M est directement inspiré des processus jugés stables et matures de l’ATA SPEC 200/100, largement mise en œuvre dans l’aéronautique civil à l’époque. Elle est donc naturellement destinée au soutien de projet aéronautique et spatiaux militaires multinationaux, mais son cadre s’est largement élargi aux forces terrestres et navales. Elle est désormais applicable et même souvent obligatoire dans tous les programmes à vocation militaire.

De fait, elle est employée par tous les acteurs des programmes concernés, systémiers, équipementiers et naturellement opérateurs qui dans le présent sont principalement composés par les forces armées.

Ainsi, dans le cadre de la réalisation de projets nécessitant l’utilisation de la spécification S2000M, l’ensemble des articles doivent être codifiés avec un numéro de gestion OTAN. Cette codification commune autorise une totale interopérabilité internationale en matière de pièce de rechange ; chaque étant identifié par un numéro unique, il est aisé de trouver des équivalences de presque l’ensemble des pays du monde, ou du moins membre de l’OTAN.

Que couvre la S2000M ?

L’approvisionnement et les références d’identification

La S2000M permet d’identifier de façon standardisée l’ensemble des articles nécessaire à la maintenance d’un système. De fait, la communication au client, et l’exploitation de ces ressources est facilité, et surtout commune à l’ensemble des fournisseurs et des opérateurs.

La gestion de commande

La S2000M permet de faciliter et codifier l’ensemble des échanges, que ce soit pour garantir le bon approvisionnement, au travers d’une préparation de commande rapide et efficace répondant avec exactitude à la demande client elle-même standardisée. De même, la facturation et le paiement sont également spécifiés par le standard.

La gestion des réparations

La S2000M précise également comment les réparations doivent être effectuées. Planification, conditions d’exécution, tout est ici renseigné afin de garantir une parfaite exécution de tâches de maintenances en différenciant par exemple ce qui fera l’objet d’une réapparition sur le terrain, d’une réparation atelier ou d’un échange standard.